Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Marges brutes plus élevées grâce aux avantages des importations

Berne, 28 janvier 2016: En 2015, les marges brutes totales ont augmenté pour la viande de bœuf et d’agneau, confirmant la tendance à long terme. En revanche, pour la viande de porc, la marge brute a diminué par rapport à l’année précédente.


La marge brute de la transformation et de la distribution est calculée sur la base des recettes de la vente des parties de la carcasse (dans le commerce de gros et de détail), moins le prix de revient de l’achat de la carcasse. Pour la viande de bœuf et d’agneau, les recettes des contingents d’importation en fonction de la production indigène (abattage) s’ajoutent aux marges brutes sous la forme des avantages des importations. Depuis l’adaptation du régime d’importation le 1er janvier 2015, une partie des contingents d’importation n’est plus adjudiquée, mais attribuée aux abattoirs et aux transformateurs en fonction de leur nombre d’abattages. C’est la raison pour laquelle les avantages des importations ont marqué une nette hausse l’an dernier. Cette hausse a eu un impact particulièrement positif pour la viande d’agneau, dont le taux d’auto-approvisionnement est relativement bas (2013 : 44 %), en augmentant la marge brute par kg PM d’agneau transformé (+ 37,9 %). Les avantages des importations ont également augmenté pour la viande de bœuf et de veau, dans une moindre mesure en raison d’un rapport plus petit entre l’importation et la production indigène.

Pour la viande de porc en revanche, les effets du « cycle du porc » se font nettement sentir (voir bulletin de novembre 2015). Les prix à la consommation se situant largement en dessous du niveau de l’année précédente, tout comme les prix à la production, les marges brutes ont chuté de 3,6 % par rapport à 2014.

Parallèlement à la hausse des avantages des importations, on a également constaté une tendance à la hausse des prix à la production. Cela est notamment dû à une offre indigène plus faible. En outre, on mise de plus en plus sur de la viande suisse pour la viande de transformation.


Fin secteur de contenu

Recherche plein texte



http://www.blw.admin.ch/dokumentation/00844/00850/index.html?lang=fr