Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Le « prêt à la consommation » a trouvé sa place dans le marché des œufs

Berne, 3 juin 2016: Le secteur Observation du marché relève en continu l’offre en matière d’œufs de consommation présente dans le commerce de détail suisse. L’observation à long terme a montré que la part d’œufs cuits et teints, appelés œufs pique-nique, ou œufs de Pâques a nettement augmenté ces dernières années. Les consommateurs n’ont pas eu à payer beaucoup plus pour ce type d’œufs par rapport à l’évolution des prix pour les œufs frais, non cuits.


Le prêt à la consommation est une tendance qui ne cesse de se développer sur le marché des denrées alimentaires. D’une manière générale, tout ce qui contribue à simplifier le quotidien est favorablement accueilli par les consommateurs. Les œufs cuits font partie justement de ces denrées alimentaires très en vogue car ils peuvent être consommés en l’état, sans qu’il soit nécessaire de les cuire auparavant chez soi. Le commerce de détail suisse, a réagi par rapport à cette demande et n’a eu de cesse d’élargir son offre en œufs cuits. Si en 2004 moins de 15 % des œufs offerts à la vente étaient des œufs durs (14,8 %), l’année passée ce taux se montait déjà à près d’un œuf sur quatre (23,7 %). Chaque année, ce pourcentage est le plus élevé au cours du mois où la fête de Pâques a lieu (durant cette période quasi le tiers des œufs présentés à la vente sont des œufs cuits et teints). Concernant les œufs importés, l’offre en œufs cuits et teints double presque au cours de la période pascale.

Au cours de la période pascale, les œufs durs coûtent 5 ct. (+7,2 %) de plus par œuf (2004 : 69 centimes vs 2015 : 74 centimes). Les prix évoluent de manière similaire aux prix payés pour les œufs frais (+6,5 %).


Fin secteur de contenu

Recherche plein texte



http://www.blw.admin.ch/dokumentation/00844/00851/index.html?lang=fr