Viande

Sangliers venus de l’est et peste porcine africaine

Berne, 11 décembre 2018: Les médias se sont largement fait l’écho de la peste porcine africaine. Bien qu’aucun cas n’ait été découvert en Suisse à ce jour, la Confédération et les milieux concernés sont inquiets et prennent la question au sérieux. C’est pourquoi le présent article s’interroge sur l’évolution de la production et de l’importation de viande de sanglier en tant que vecteur potentiel du virus.
MBF_FS_1 f

La peste porcine africaine, actuellement très répandue dans les pays baltes et en Russie, s’est étendue ces dernières années et ces derniers mois en direction de l’ouest de l’Europe (par exemple en République tchèque et en Belgique) et par conséquent vers la Suisse (voir à cet égard la carte dressée par le Friedrich-Loeffler-Institut). Les répercussions de la maladie se font déjà sentir dans le commerce extérieur de l’Union européenne : s’agissant de la viande de porc, certains pays hors union, comme la Chine, ont réduit leurs échanges avec l’UE ou certains pays membres afin d’écarter le risque de propagation sur leur territoire.

L’Autriche, principal partenaire commercial

Le sanglier et la viande contaminée de cet animal

sont, entre autres, les principaux vecteurs du virus. D’après l’association Wildtier Schweiz, la transmission du virus entre animaux en liberté est plutôt un problème de dimensions régionales. Néanmoins, le virus est très résistant dans l’environnement, si bien que le risque de contagion est très élevé dans les régions concernées. Il est très probable que les animaux infectés meurent rapidement. C’est pourquoi, si la maladie se déclare dans une région, il faut intervenir le moins possible, afin que les sangliers se déplacent le moins possible et ne propagent pas la maladie. Mais c’est l’homme qui contribue d’une façon déterminante à la progression de la maladie sur de vastes étendues, notamment par l’importation d’objets ou de produits contaminés (voyages, échanges commerciaux, trophées de chasse, etc.). De la même manière, la viande de sanglier infectée peut être à l’origine de l’introduction involontaire de virus en Suisse.

L’analyse des importations révèle que de la viande de sanglier importée cette année provient de pays où la fièvre porcine africaine est déclarée. Pendant la période courant jusqu’à septembre 2018, les importations de sanglier provenaient pour 13 % de République tchèque (mais uniquement des zones indemnes de la maladie). Toutefois, la majeure partie de la viande de sanglier provient de pays où aucun cas de peste porcine africaine n’a été déclaré, c’est-à-dire d’Autriche (25 %), d’Allemagne (21 %) ou de Slovénie (18 %). De plus, la Confédération et les secteurs concernés ont pris des mesures propres à empêcher l’introduction de la maladie (OSAV : lien).

Les importations ont augmenté ces dernières années et se chiffrent à 276 tonnes pour la période comprise entre janvier et septembre 2018, soit 6 % de plus pour l’année 2012, mais légèrement moins que l’année dernière. On voit cependant aussi, à la lumière de ces importations que la viande de sanglier est un produit de niche (moins de 0,1 % de la consommation totale).

Plus de sangliers abattus et une production indigène en hausse


Informations complémentaires

Dernière modification 11.12.2018

Début de la page

Contact

Office fédéral de l'agriculture OFAG Schwarzenburgstrasse 165
3003 Berne
Suisse
Tél
+41 58 462 25 11
Fax
+41 58 462 26 34

e-mail

Imprimer contact

Carte

Office fédéral de l'agriculture OFAG

Schwarzenburgstrasse 165
3003 Berne

map of Schwarzenburgstrasse 165<br>
		3003 Berne

Afficher la carte

Imprimer contact

https://www.blw.admin.ch/content/blw/fr/home/markt/marktbeobachtung/fleisch.html