Secteur agroalimentaire

Le marché de la viande de porc est en pleine mutation

Berne, 1er juin 2018: L’année dernière, la consommation de viande de porc a reculé de 1,2 %, passant à 22,2 kg par habitant. Outre la demande, la structure d’offre et de production a fortement changé ces dernières années. Le nombre d’exploitations élevant des porcs a diminué de plus de moitié depuis 2001, mais cette évolution a été contrebalancée par un doublement du nombre de porcs par exploitation.
MBLE_Grafik_f

Au cours des années 2001 à 2005, chaque exploitation comptait en moyenne 47 animaux. L’année dernière, ce nombre était de plus de 94 animaux, soit une hausse de 102 % en l’espace d’une quinzaine d’années. L’augmentation du nombre d’animaux par exploitation a cependant sensiblement ralenti ces dernières années. Alors que le taux de croissance était de 6,4 % entre 2005 et 2011, il n’était plus que de 3,2 % entre 2011 et 2017. Une tendance inverse est observable quant au nombre d’exploitations élevant des porcs : il est passé de 34 111 à 16 506 en 2017. Plus de la moitié des exploitations ont donc renoncé à la production porcine depuis la période 2001-2005 (-51,6 %). À noter que le changement structurel a nettement ralenti lors de la période 2011-2017 comparativement à la période 2001-2011 (- 13,1 % contre -44,3 %). Le recul du nombre d’exploitations s’explique par une spécialisation croissante dans la production porcine, ce qui explique aussi le doublement du nombre d’animaux par exploitation.

Légère diminution du cheptel

Les effectifs totaux de porcs en Suisse étaient d’environ 1,55 million d’animaux en 2017. Ils sont en léger recul depuis la période 2006-2010 (‑4,9 %). Cette tendance est cependant partiellement atténuée par des fluctuations de la production dues au « cycle du porc » (cf. aussi le Bulletin du marché de la viande de novembre 2015 (PDF, 603 kB, 27.07.2016)). Le recul des effectifs de porcs est ainsi nettement moins marqué en comparaison de l’évolution du nombre d’exploitations.

MBLE_Grafik_1Q2018_f

Lucerne a le plus grand cheptel porcin de Suisse

La production porcine a lieu dans presque tous les cantons de Suisse (exception : Bâle-Ville). La viande de porc est cependant produite principalement sur le Plateau. C’est dans le canton de Lucerne que le nombre de porcs est le plus élevé : l’effectif y était en moyenne de 463 306 animaux en 2017, répartis sur 5 058 exploitations (seules les exploitations ayant droit à des paiements directs sont ici considérées). Quelque 30 % de tous les porcs élevés en Suisse vivent ainsi dans le canton de Lucerne (31 % de toutes les exploitations élevant des porcs). Les quatre principaux cantons pratiquant l’élevage de porcs – outre Lucerne, il s’agit des cantons de Berne (249 142 animaux), de Thurgovie (188 962 animaux) et de Saint-Gall (185 344 animaux) – assurent ensemble 70 % de la production porcine indigène. Cette part est restée stable au fil des ans. La part des porcheries de ces cantons au total suisse a par contre légèrement augmenté depuis le début de ce siècle, passant de 69 % à 70 %.

Les effectifs de porcs les plus faibles étaient à trouver dans les cantons montagnards que sont le Valais et Glaris ainsi que dans les deux cantons urbains que sont Genève et Bâle.


Informations complémentaires

Dernière modification 31.05.2018

Début de la page

Contact

Office fédéral de l'agriculture OFAG Schwarzenburgstrasse 165
3003 Berne
Suisse
Tél
+41 58 462 25 11
Fax
+41 58 462 26 34

e-mail

Imprimer contact

Carte

Office fédéral de l'agriculture OFAG

Schwarzenburgstrasse 165
3003 Berne

map of Schwarzenburgstrasse 165<br>
		3003 Berne

Afficher la carte

Imprimer contact

https://www.blw.admin.ch/content/blw/fr/home/markt/marktbeobachtung/land--und-ernaehrungswirtschaft.html