Ravageurs et maladies

Les végétaux constituent le fondement de notre chaîne alimentaire, car en l’absence de cultures de végétaux, les hommes seraient privés de nourriture et les animaux de fourrage. Les végétaux sont en outre un élément central de l’environnement dans lequel nous vivons. L’apparition de maladies des végétaux et des ravageurs peut pour cette raison avoir des effets catastrophiques sur notre qualité de vie et sur l’économie. Les organismes nuisibles particulièrement dangereux sont en mesure de menacer les moyens de subsistance des exploitations actives dans la production agricole et horticole et ont un impact négatif sur la qualité et sur les prix de nos denrées alimentaires ainsi que sur l’état et les fonctions de nos forêts et parcs.

Les organismes nuisibles destructeurs de végétaux peuvent apparaître sous différentes formes : bactéries, champignons, virus ou encore insectes. Le feu bactérien (Erwinia amylovora), par exemple, a infligé d’importants dégâts à l’arboriculture en Suisse au cours des 30 dernières années. Les apparitions du capricorne asiatique (Anoplophora glabripennis) ont en particulier représenté un grand danger pour les forêts ces dernières années. L’introduction et la dissémination de nouveaux organismes nuisibles particulièrement dangereux – comme la bactérie Xylella fastidiosa, le scarabée japonais (Popillia japonica) ou le nématode des pins (Bursaphelenchus xylophilus) – pourraient avoir de lourdes conséquences économiques, sociales et écologiques au cours des prochaines années. Il importe pour cette raison de prendre sans tarder des mesures efficaces pour empêcher que de tels organismes nuisibles parviennent en Suisse, ou de les détruire dès que leur présence est détectée dans le pays.

Il existe une obligation générale d’annoncer pour certains organismes nuisibles qui ne sont pas encore présents en Suisse ou qui ne le sont que localement.

Organismes de quarantaine

Les organismes de quarantaine sont des maladies des végétaux ou des organismes nuisibles pour les végétaux susceptibles d’avoir un impact économique, qui ne sont pas présents en Suisse ou ne le sont que localement. Ils doivent être impérativement annoncés et combattus. Font par exemple partie des organismes de quarantaine la bactérie Xylella fastidiosa et le capricorne asiatique.

Organismes de quarantaine de zone protégée

Les organismes de quarantaine de zone protégée sont des pathogènes ou des organismes nuisibles qui sont répandus en Suisse, mais dont la présence n’est pas encore relevée dans certaines zones, dans le cas desquelles ils présentent un potentiel de dommages élevé. Ils n’ont le statut d’organisme de quarantaine qu’à l’intérieur des zones protégées délimitées à leur égard, mais pas dans le reste de la Suisse. En Suisse, il n’existe actuellement qu’une seule zone protégée contre le feu bactérien (Erwinia amylovora).

Organismes réglementés non de quarantaine

Les organismes réglementés non de quarantaine (ORNQ) sont des pathogènes ou des organismes nuisibles qui sont largement répandus en Suisse, principalement vis des végétaux spécifiques destinés à la plantation. En raison de leur dissémination, ils ne remplissent pas ou plus les critères définissant un organisme de quarantaine. Comme leur présence sur ou dans les plantes aurait cependant des conséquences économiques inacceptables, des mesures phytosanitaires doivent être prises en ce qui concerne le matériel de multiplication. Font par exemple partie des ORNQ le feu bactérien des fruits à pépins, le virus de la sharka des fruits à noyau, la maladie des bandes rouges du pin ou la prolifération du pommier.

Dernière modification 20.12.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de l'agriculture OFAG Service phytosanitaire fédéral SPF
Schwarzenburgstrasse 165
3003 Berne
Tél.
+41 58 462 25 50
fax
+41 58 462 26 34

phyto@blw.admin.ch

Imprimer contact

https://www.blw.admin.ch/content/blw/fr/home/nachhaltige-produktion/Pflanzengesundheit/schaedlingeundkrankheiten.html