Virus du fruit rugueux brun de la tomate

Photo : Heike Scholz-Döbelin

Le virus du fruit rugueux brun de la tomate (en anglais : Tomato Brown Rugose Fruit Virus, ci après : ToBRFV) est apparu pour la première fois en Europe à l’automne 2018, en Allemagne. Depuis, les annonces d’infestations s’accumulent dans toute l’Europe ; jusqu’en novembre 2020, des foyers de diverses ampleurs s’étaient déclarés dans les pays européens suivants : Grèce, Italie, Espagne, Royaume-Uni, France, Pays-Bas, Chypre, Belgique, République tchèque et Pologne. Au niveau mondial, des foyers ont été signalés entre autres au Mexique, en Californie (États-Unis d’Amérique), en Chine, en Israël et en Turquie.
En Suisse, plusieurs cas suspects ont également été examinés dans différents cantons depuis le début de l’année 2020. Il y avait soupçon en raison d’informations internationales concernant du matériel de multiplication potentiellement contaminé (plantons ou semences) ou en raison de symptômes suspects.
Dans le cadre de la surveillance du territoire menée par les services phytosanitaires cantonaux pour détecter la présence d’organismes de quarantaine, des plants de tomates sont examinés au prorata de la surface totale de cultures en serre quant à la présence de symptômes ; des échantillons sont prélevés sur les plants de tomates suspects et analysés. Les exploitations qui sont agréées pour la délivrance de passeports phytosanitaires sont, de leur côté, contrôlées par le Service phytosanitaire fédéral.

Dispositions légales

Le ToBRFV est considéré comme un "organisme de quarantaine potentiel" en Suisse et dans l'UE et, partant, doit être obligatoirement annoncé et combattu. Depuis le 11 août 2020, un règlement d’exécution définit des mesures urgentes pour prévenir l’introduction et la propagation du ToBRFV dans l’UE. Afin de pouvoir tenir compte de l’évolution rapide de la situation et d’assurer une gestion uniforme dans toute l’Europe, les dispositions ont été précisées aussi pour la Suisse à l’occasion de la dernière modification de l’ordonnance de l’OFAG sur les mesures phytosanitaires pour l’agriculture et l’horticulture productrice (OMP-OFAG). Celle-ci interdit la manipulation du virus et réglemente le commerce de ses plantes hôtes spécifiées. Les mesures réglementées sont, dans un premier temps, valables jusqu’au 31 mai 2022. Elles peuvent être adaptées et, si nécessaire, prolongées.

Plantes hôtes

D’après des études et des observations scientifiques, le ToBRFV attaque des végétaux des familles des Solanaceae et des Amaranthaceae, et en premier lieu les tomates (Solanum lycopersicum) et les poivrons (Capsicum spp.). Mais il semble qu’il puisse aussi s’en prendre à des plantes ornementales et à différentes mauvaises herbes (p. ex. morelle noire). Les pommes de terre ne sont en l’état actuel des connaissances scientifiques pas des plantes hôtes.

Importation, exportation et mise en circulation de semences et de plants

Des règles spécifiques s’appliquent au transfert et au commerce de semences et de plants de tomates (Solanum lycopersicum) et de poivrons (Capsicum spp.) pour prévenir l’introduction du virus. Les plants de tomates et de poivrons ainsi que les parties de ces plants destinées à la plantation (y c. les semences) ne peuvent être importés et déplacés à l'interieur de la Suisse que s’ils sont accompagnés d’un passeport phytosanitaire. Toutes les semences de tomates et de poivrons (pour la production dès 2020) doivent être munies d’un passeport phytosanitaire. Cela vaut aussi lorsque les semences ne servent pas à des fins agricoles et sont vendues à des particuliers (petits sachets de graines). Seule la vente directe à des particuliers sur place n’est pas soumise au régime du passeport phytosanitaire (dans la vente à distance, p. ex. par le commerce en ligne, s'applique l'obligation de passeport phytosanitaire). En contrepartie, les plants et les semences doivent provenir de entreprises reconnues officiellement et exemptes de cas, qui ont pris les précautions et les mesures d'hygiène nécessaires pour prévenir toute propagation dans l'entreprise en cas de contamination. En outre, les producteurs de semences doivent soumettre les plantes mères ou les semences elle-mêmes à une analyse officielle pour qu'un laboratoire déclare, à l'issue d'un test PCR, les échantillons comme étant non infestés. Avec effet rétroactif, les paquets de semences stockés seront également testés de manière aléatoire à partire de 2021. La seule exception â cette obligation concerne les variétés de Capsicum spp., dont on sait qu'elles résistent au virus.


Pour l’importation en provenance de pays non membres de l’UE de plants de tomates et de poivrons ainsi que de parties de ces plants destinées à la plantation (y c. les semences), il faut un certificat phytosanitaire comprenant des explications supplémentaires quant à l’absence d’infestation au lieu de production. Par ailleurs, tous les envois de matériel de plantation et de semences font l’objet d’un contrôle officiel au point d’entrée dans l’espace phytosanitaire européen commun ou au lieu de destination.

Informations complémentaires

Dernière modification 09.09.2021

Début de la page

Contact

Office fédéral de l'agriculture OFAG Service phytosanitaire fédéral SPF
Schwarzenburgstrasse 165
3003 Berne
Tél.
+41 58 462 25 50
fax
+41 58 462 26 34

phyto@blw.admin.ch

Imprimer contact

https://www.blw.admin.ch/content/blw/fr/home/nachhaltige-produktion/Pflanzengesundheit/schaedlingeundkrankheiten/quarantaeneorganismen/tobrfv.html